1mois

voilà un mois aujourd’hui que tu es avec nous et que tu as chamboulé tout en douceur nos petites vies ! un mois à te découvrir un peu mieux chaque jour, avec tes grands yeux bleus fixés sur moi et qui me cherchent dès qu’ils sont ouverts, tes mimiques de blasée quand tu as fini de manger, ta hanche fragilisée, tes sourires (certes adressés aux anges pour l’instant, mais ils laissent présager plein de belles choses), tes petits poings fermés, tes ronflements de sanglier.

ma petite bébée calme, ma sereine, ma gourmande, ma câline, ma dormeuse, ma jolie, ma poupette, bon moisiversaire !!

 

je t’aime fort maman, mais je veux que tu joues plus avec moi …

et tout est dit … l’arrivée de la belle poupette a été une pilule un peu difficile à avaler pour miochounet. notre petit père a du mal à trouver sa place et à laisser de la place.

en recherche d’attention permanente, le roudoudou pleure, crie, fait des bêtises qui le font rire de façon hystérique, nous fonce dessus pour faire des câlins énormes, se plaint, nous retient le plus longtemps possible avec des bisous et des « je t’adore trop », trouve les mots qui blessent et demande 1500 fois par jour si on veut bien jouer avec lui (à tel point qu’il le demande même quand on est en train de jouer avec lui, le mec en boucle …).

patience et longueur de temps qu’il disait … sans vouloir crier victoire trop vite, mon miochou s’apaise quand même et je retrouve petit à petit mon petit garçon, avec sa vraie gaieté, son entrain, ses jeux, ses câlins et ses colères « ordinaires ». il reste encore sceptique quant à sa place de grand frère, faut pas déconner non plus, mais en vrai, quand on ne regarde pas, il est capable d’une vraie tendresse avec cette petite sœur qui l’enquiquine (merci le babyphone !).

b&b

ses petits mots

à un peu plus de trois ans, on dit des trucs marrants. miochou le miochounet prend des airs de grand, accompagne ses remarques d’un haussement d’épaules bien senti, d’une mimique bien à lui (ce petit pincement de bouche, je m’en remets pas comme c’est mignon) ou d’un regard en coin tout coquin. il adopte à sa façon nos expressions de grand, et ponctue ses affirmations d’un « j’te l’dis tout net ! » sans appel, ou d’un « non mais j’te jure … » bien blasé.

et des fois, on a droit à des petites perles, qu’il faut noter en urgence.

 » – la maîtresse va m’appeler parce qu’il a la gastro ..

 – ma gastro ? ma gastro ? mais je m’agace pas moi ! »

IMG_4193

mon petit super-héros joue à la « patate à modeler », il ne faut pas regarder son tinmité quand il est aux toilettes et il donne des noms de grands à ses pompiers playmobils : « toi tu seras Richard … et toi, Jacques … Jacques Prévert ! »

(d’autres mots d’enfant chez Baby Meets the World, entre autres)

la question éducative du jour

comment fait-on quand son enfant passe TOUT son trajet jusqu’à l’école à répéter en boucle qu’il ne veut pas y aller ?

 – est-ce qu’on lui coupe la langue ?

 – est-ce qu’on lance des bonbons sur le trajet pour le faire avancer plus vite ?

 – est-ce qu’on le frappe à la maison, l’école lui paraîtrait plus supportable ?

 – est-ce qu’on attend patiemment l’année prochaine voir si ça va mieux avec la nouvelle maîtresse ?

 – est-ce qu’on répète en boucle « je veux pas aller au boulot, je veux pas aller au boulot, je veux pas .. » jusqu’à ce qu’il se taise ?

 – est-ce qu’on s’autorise à péter un câble ?

 – est-ce qu’on achète un petit livre de Dolto ?

 – voire est-ce qu’on lance sa propre psychanalyse ?

 – est-ce qu’on se tait et on lui dit qu’on l’aime ?

 – est-ce qu’il y a un remède miracle ?

IMG_4168

apprécier les plaisirs du moment

je suis quelqu’un d’impatient, j’ai peur de rater, de trop attendre, de passer à côté, de ne pas profiter assez, de manquer. je suis trop pressée. beaucoup trop pressée. et j’ai de grandes envies, des expériences plein la tête, que je voudrais réaliser tout de suite … comme ça, en vrac, là tout de suite, je voudrais emmener mes enfants voir les éléphants en afrique, et louer une maison dans les landes pour deux semaines, et aller passer 6 mois à venice beach, ou un an à bali, retourner en inde et aller voir la neige dans les alpes …

ce qui veut dire avoir rencontré ma poupette et être sûre qu’elle va bien, qu’elle respire et qu’elle a tout ce qu’il lui faut, connaître son petit visage et ses petites mains, son sourire et sa petite odeur de bébé …

avoir enfilé ma robe de mariée et savoir que notre journée s’est bien passée …

tout ça, là, aujourd’hui … avoir la promesse qu’on a tout fait. mais quand on aura fait tout ça, ils auront peut-être plus de 10 ans !

 

et parfois je me demande si je ne m’empêche pas de profiter à fond des plaisirs du moment. à trop voir dans le futur, il ne faut pas que j’oublie la joliesse de notre présent. il est chouette notre présent. entre les sessions bain-rock&roll dans la grande chambre (allez papa, je me lave et tu fais très fort du rock avec ta guitare !), l’aménagement de la maison-tanière pour l’arrivée de poupette, les premiers froids et puis après le soleil, les dunes de la pâtisserie david, les blagues de miochounet et les gesticulations de poupette (cette gosse sera contorsionniste, c’est pas possible), notre rendez-vous vendredi avec poupette (le dernier avant le grand rendez-vous), les petits polas collés n’importe où par miochounet, les jolis préparatifs du mariage chez mes parents, … c’est ça qui est important, pour le moment, c’est chouette le présent

janvier

chuchotis de grand frère

miochounet commence à souvent nous parler de sa petite sœur, avec ses mots à lui.

ma petite sœur, si elle met mon pantalon, ça sera trop long, elle pourra pas descendre les escaliers comme ça, elle va glisser.

elle va dormir où la petite sœur ? et qui c’est qui va garder la petite sœur ?

ma petite sœur, elle mangera pas de mayonnaise parce que c’est pour les grands de 3 ans et demi la mayonnaise, hein ?

des fois, je me mettrai bien dans le canapé, comme ça et je pourrai porter ma petite soeur, et je lui caresserai la tête des fois.

 B&poupette

et puis il lui chuchote des trucs au creux de mon nombril. des trucs très secrets, chuchotés très doucement, mais que j’arrive à recomposer quand je tends l’oreille.

tu sais, bébé, le père noël, il m’a amené plein de cadeaux et pour toi il y avait une jupe et des grandes chaussettes très belles.

bébé, moi j’aime bien jouer aux chevaliers et je fais de la moto aussi.

bébé, attention hein, faut pas faire caca là !! attends que maman elle te mette sur les toilettes et après tu retourneras dans son ventre !

c’est un pragmatique mon miochounet !

la larmichette

semaine

hier, avec ma copine F., on se disait que depuis nos grossesses respectives, on avait la larmichette un peu trop facile. alors on s’entend, on ne fond pas en larmes pour-un-oui-pour-un-non, mais on peut se retrouver avec le nez qui pique et les yeux qui chauffent pour des trucs complètement improbables. et c’est relou. on pensait que ça passerait, mais les mioches grandissent et on est toujours aussi nunuches fragiles. méchante vie. et puis on a mangé un pad thai, on a bu du vin, on s’est trémoussé sur la musique, elle a repris son miochou et son lit parapluie et bonne nuit, end of discussion.

ben ce matin, j’ai eu la larmichette devant le club de danse traditionnelle du centre culturel … … ouaiiis, mais aussi, la musique était super forte et elles avaient l’air tellement contentes, c’était émouvant … c’est vrai, quoi. moi j’étais venue simplement pour m’inscrire à mon cours d’anglais et puis pouf, elles débarquent, toutes guillerettes, pour faire la ronde super vite sur leur musique trop forte, c’est une prise d’otage des sentiments. zut, quoi ..

oui, bon, venons-en au fait. la vérité, c’est que la rentrée, avec un miochou qui pleure le matin parce qu’il ne veut pas qu’on le laisse, c’est un peu plus dur que prévu. c’est pas de la culpabilité mal placée. c’est que, on a beau dire et savoir que c’est bien pour lui d’aller chez la nounou, que je n’ai pas une personnalité de femme au foyer, que j’aime mon métier et qu’il y a forcément des périodes où la séparation est plus difficile … ben j’ai pas vraiment envie de le laisser.